Ouvrages récents

couv-La Soubeyranne

Ce roman a été lauréat du prix l’Olive Noire, décerné par un jury de lecteurs et de bibliothécaires au festival POLAR À NYONS

2016

couv-Marseille Culture(s)

couv-RoiSoleil05

La révolte de Marseille contre Louis XIV

*

Prix des Marseillais au Carré des Écrivains 2013

1_ElainePlewman

8, rue Mérentié
À la mémoire
d’Eliane-Sophie Plewman

En hommage au sacrifice de trois héros des services secrets anglais à Marseille


Un texte de Jean Contrucci
Avec la collaboration de Jacques Virbel
Pour le télécharger cliquez ici

MARSEILLE CULTURE[S] avec Gilles ROF (HC éditions)

410 pages, 3 kilos 200, c’est un ouvrage imposant par sa forme et son contenu, conçu comme un hommage à la création et aux créateurs marseillais. Dépassant l’événementiel et les circonstances, il entend offrir un panorama du bouillonnement artistique d’une ville qui n’a pas attendu qu’on la labellise pour se comporter comme une capitale culturelle. On y rencontre les peintres, sculpteurs, musiciens, chorégraphes, dramaturges, metteurs en scène, cinéastes, écrivains, acteurs, chanteurs, poètes, photographes, architectes, designers d’hier et d’aujourd’hui, tous ceux que cette ville a inspirés ou fascinés. Loin du pensum culturel réservé aux seuls spécialistes, ou d’un fastidieux catalogue, c’est un livre qui va  - grâce à l’apport et aux témoignages de personnalités culturelles et aux entretiens accordés par les experts et d’acteurs de l’action culturelle propre à Marseille - à la rencontre d’une création vivante et foisonnante qui reflète la vitalité même de cette cité non-pareille.

 

couv-un jour tu verras-3

« Et tu passes ta vie à te dire que, quelque part, il y a quelqu’un qui n’attend que toi sans te connaître et que tu ne rencontreras jamais… »
Ils sont quadras, ils ont vécu, aimé, souffert. Surtout lui, Laurent. Ils n’ont plus beaucoup d’illusions, ils ont appris à se moquer d’eux-mêmes. Surtout elle, Pauline. Ils sont seuls tous les deux. Et un jour, enfin, ils se rencontrent. « Guidés par le hasard » - semble-t-il.
Et ils se découvrent encore capables d’aimer, comme deux vieux adolescents. Un scénario classique, depuis le jour où l’amour a été inventé : hésitations, craintes, cœurs qui battent, espoir insensé et puis l’émerveillement partagé.
« Jusque là, tout va bien. » comme disait l’homme tombé du toit en passant devant la fenêtre du premier étage.
Mais quand on l’a provoqué, le hasard sait se venger. Et les citatrices, quand elles sont profondes, ne s’effacent jamais.Le passé non plus, prêt à vous prendre à la gorge…

couv-comme un cheval fourbu-3

" Un roman noir de toute beauté qui dissèque un pan de l'âme humaine, doublé d'un brillant exercice de style, l'auteur entraîne son lecteur avec brio sur les traces de son personnage et le dépose encore abasourdi au point final. (...) Nous sommes assez loin de la série des aventures plaisantes de Raoul Signoret, des Nouveaux Mystères de Marseille, mais la patte de l'auteur est bien là. L'humanité de ses personnages, ses préoccupations sociales sont belle et bien présentes. Une superbe façon de fêter le 100è roman de la collection chez L'Ecailler du Sud."

Amaury Kard ( Carnet de la Noir'Rôde, n°32 Automne 2007)

couv-Piazza

Fils d'immigrés italiens, Dominique Piazza naît à Marseille en 1860. C'est un petit maraudeur qui court dans les rues de la cité et travaille pour aider sa famille à survivre... Un autre destin l'attend pourtant: celui d'un homme qui va réussir grâce à la seule force de son travail et de sa volonté. Imaginatif, entrepreneur et plein de bon sens, il n'aura de cesse de s'investir pour sa ville et ses concitoyens. De simple aide-comptable, il devient patron d'une entreprise florissante. Il fonde la Société des Excursionnistes marseillais, véritable institution qui comptera jusqu'à 30 000 membres. Il crée et finance le fameux Théâtre Silvain de Marseille, amphithéâtre en plein air qui compte 5 000 places et accueille à ses débuts les plus grands noms de la scène française... Mais il est surtout l'inventeur de ce qui est aujourd'hui un objet du quotidien dans le monde entier: la carte postale photographique. C'est lui qui, le premier, a l'idée d'imprimer des photographies sur le recto des cartes postales. Jean Contrucci raconte comment Dominique Piazza a eu cette idée géniale, comment il l'a développée et s'en est rapidement trouvé dépossédé. Il nous emmène dans le Marseille du début du XXe siècle et nous fait découvrir le destin unique d'un homme injustement tombé dans l'oubli.

[Biographie] [Revue de presse] [Entretien] [Nouvelle] [Nécrologie] [Les Nouveaux Mystères]